La sous- traitance aéronautique en ordre de marche

Investissements, créations d’emplois, formation, recherche et développement, réorganisation… Pour répondre aux besoins croissants des grands donneurs d’ordre de l’aéronautique, les PME sous-traitantes s’organisent. Les résultats sont au rendez-vous et le secteur affiche un réel dynamisme.
L’industrie de l’aéronautique civile se porte bien… merci. Airbus en tête, affiche une vitalité remarquable en ces temps de crise, avec neuf années de production assurées ! En 2013, l’avionneur européen a dépassé les 1500 commandes nettes, dont deux commandes historiques : 230 A320 d’un coup par la compagnie  indonésienne à bas coûts Lion Air, et 50 A380 par la compagnie Emirates au Salon de Dubaï ! Soit le double de l’objectif initialement fixé. Résultat, le constructeur a embauché près de 600 personnes  sur les seuls sites de Nantes et Saint-Nazaire en 2013.
Derrière, les PME sous-traitantes, qu’elles soient spécialisées dans l’outillage ou la réalisation de pièces ou de sous-ensembles, se frottent les mains. Et s’investissent à plein pour soutenir ce rythme de production élevé. Une quarantaine d’entre-elles sont adhérentes de Néopolia, le plus important réseau d’entreprises industrielles des Pays de la Loire. Elles représentent quelque 2500 emplois directs et réalisent un chiffre d’affaires cumulé de 300 M€.

Investissements et créations d’emplois

« Nous avons un volume de production exceptionnel avec une visibilité minimum de 5 à 8 ans, confirme Nicolas Derouault, vice-président de Neopolia, en charge du secteur aéronautique. Ce qui nécessite entre autres des évolutions technologiques majeures autour des matériaux et notamment du composite. Le pôle de compétitivité EMC2 et l’IRT Jules Verne* y travaillent ». 
Pour répondre aux besoins de la filière, certaines entreprises investissent et recrutent. Ainsi, l‘entreprise de mécanique Chatal d’Herbignac se développe en installant une nouvelle activité de traitement de surface à Saint-Nicolas-de-Redon. Un investissement de 5,3 M€ soutenu par la Région à hauteur de 214 000 €, et qui se concrétisera par 52 emplois créés.
La société ACB, spécialisée dans la conception et l’assemblage de machines de formage et de soudage d’alliages aéronautiques, double sa surface d’exploitation pour lancer la fabrication de pièces avioniques. Une cinquantaine d’emplois nouveaux, là encore, est prévue. Un projet de 12 M€ encouragé par la Région par un prêt de 3 M€. La société Figeac Aéro, elle, a le projet de s’implanter à Montoir-de-Bretagne pour renforcer la chaine de valeur aéronautique. Coût du projet : 5 M€ avec la création de 80 emplois à la clé. Et Rabas, le spécialiste de l'usinage pour l'aéronautique, a repris deux bâtiments de son voisin Chantiers Baudet, à Saint-Nazaire pour y développer une activité de production de profilés aéronautiques et un atelier de peinture, un nouveau métier pour l'industriel. Soit un investissement de 6 M€, avec l’ambition à terme de créer 27 nouveaux emplois.

Dinamic Space, pour doper les performances

Autant de projets qui se traduisent par des créations d’emplois, des besoins en compétences et de réorganisation interne. Pour cela, l’association Space - qui réunit des acteurs de l’industrie aéronautique civile européenne -, la CCI Pays de la Loire et la CCI Loire-Atlantique, ont lancé le programme d’aide à la performance Dinamic Space, avec le soutien de la Région. Sur le modèle d’un programme déjà largement éprouvé dans le Sud-Ouest, Dinamic Space a pour ambition d’aider les entreprises sous-traitantes de l’aéronautique, à augmenter leurs niveaux de production pour répondre à la demande des donneurs d’ordre, tout en améliorant les délais de livraison et la qualité. « Ces programmes sont initiés par les grands donneurs d’ordre qui forment eux-mêmes des "grappes" d’entreprises sous-traitantes. Il existe à ce jour cinq grappes portées par Daher, Thales, Aérolia, Sogerma et Airbus, note Nicolas Derouault. Le programme ayant été lancé en 2013, nous manquons encore un peu de recul. Mais les entreprises ayant participé à ces programmes dans le Sud-Ouest nous ont fait part de retours d’expériences très favorables pour la dynamique interne de l’entreprise et dans l’acquisition de nouvelles compétences ».
Pas de doute, la sous-traitance aéronautique est en ordre de marche !

* Centre de recherche mutualisé sur les technologies avancées de production
Source: http://www.economie.paysdelaloire.fr/index.php?id=8698&tx_ttnews[tt_news...